Entrevue avec Leila Chalfoun – Soprano et fondatrice du FestivalOpéra


Propager l’amour de l’opéra

J’ai eu l’occasion de la rencontrer lors d’une conférence de presse qu’elle tenait pour annoncer le FestivalOpéra, un évènement quelle a bâti de toute pièce avec l’appui de son mari. Plusieurs années plus tard, le Festival soulignera bientôt ses sept ans et fait parler de lui un peu partout sur la scène lyrique locale et internationale. Rencontre avec une femme passionnée, tenace et visionnaire, Leila Chalfoun, soprano, directrice artistique et femme d’affaires. – Entrevue et photos: Isabelle Vallée

Avant tout, qui est Leila Chalfoun?

Une personne bien ordinaire, mais juste un petit peu fatigante (éclat de rire!). C’est que, quand j’ai quelque chose en tête, même si c’est difficile, il faut que j’arrive à l’obtenir. On me dit tenace, c’est probablement ça, mais ça peut aussi devenir fatigant à la longue. Ceci dit, jusqu’à aujourd’hui j’ai réalisé la plupart de mes ambitions : je voulais chanter de l’opéra, être agente d’artistes lyriques et directrice d’opéra. Je suis donc très contente de faire ce que j’aime.

Qu’est-ce qui t’a amenée à te passionner pour l’opéra ?

Je ne connaissais pas du tout l’opéra jusqu’à ce que je découvre cet art grâce à mon premier professeur de chant, Mme Cécile Vallée-Jalbert, une soprano qui a fait une belle carrière. Ma soeur Lory m’avait offert, comme cadeau de fête à mes 16 ans, mon premier cours de chant, car je chantais à tue-tête à la maison. Madame Jalbert m’a dit que j’avais une voix pour l’opéra et m’a fait connaitre ce magnifique art vocal. Une fois que l’on connait l’opéra, on ne peut plus s’en passer. C’est un art qui nous touche, la voix est un médium qui vient nous chercher, c’est le miroir de l’âme.

Ta carrière de soprano t’a amenée à te produire sur les plus grandes scènes du monde, pourquoi Saint-Eustache pour lancer un Festival dédié à cet art?

Mon conjoint et moi sommes citoyens de la ville de Saint-Eustache depuis 2004 et nous avons été charmés par le site historique du Vieux-Saint-Eustache lors de notre arrivée durant le Festival Arts en fête. Meti a eu l’idée de faire un festival d’opéra et je lui ai tout de suite donné raison car je trouvais que le site (la rue piétonne du Vieux-Saint-Eustache et la petite église) avait l’air d’un décor de théâtre. L’idée a germé dans nos têtes et en 2009 le FestivalOpéra de Saint-Eustache a été créé.

leilameti

Leila Chalfoun, présidente et directrice artistique du FestivalOpéra, en compagnie de son mari Meti Jori.

Tu as vécu (et vis toujours) de ton art, quel est le secret pour réussir dans ce métier ?

Il ne faut pas se décourager. Il y a des moments où on rencontre des creux dans la vie d’un artiste. Il faut rester tenace et croire en ce qu’on fait, même s’il est facile de se décourager. C’est ce que j’aime dire à la relève et c’est pourquoi j’encourage les jeunes chanteurs. C’est notre devoir de le faire. On a plein de talents ici, on a des voix riches au Québec et je suis heureuse de voir qu’il y a plus de débouchés aujourd’hui que dans mon temps pour les jeunes chanteurs. C’est important de créer de l’emploi pour nos chanteurs. En Europe, il y a des maisons d’opéra partout, il faut faire la même chose ici, et c’est ce qui arrive tranquillement. Ces dernières années, on a vu beaucoup de festivals et de jeunes compagnies d’opéra qui ont été mises sur pied.

Plusieurs maisons d’opéra existent un peu partout à travers le monde, mais peu de festivals, qu’est-ce qui caractérise un festival dédié à l’opéra?

Un festival est spécifique car il a le mot « festif » dedans et c’est comme ça que je vois notre festival l’été. Il se veut comme une fête de l’opéra. J’aime y ajouter non seulement de l’opéra, mais d’autres formes d’arts et c’est ce qu’on découvrira cet été dans notre prochaine édition OpérArts!

Que conseillerais-tu à une personne qui désire s’initier à l’opéra ?

Je l’inviterais tout d’abord à assister à notre festival car il a pour but d’initier celui qui ne connait pas l’opéra. On choisit toujours des oeuvres accessibles et connues. Jusqu’à présent, on a réussi à attirer une nouvelle clientèle qui ne connaissait pas du tout l’opéra, et même, qui avait une appréhension, mais chez nous ils ont aimé et reviennent. C’est certain que le concert gratuit présenté par Hydro-Québec nous aide à faire connaitre l’opéra, car les gens viennent plus facilement étant donné que c’est gratuit et en plein air. Le lieu est féérique sur la Promenade Paul-Sauvé où la scène est érigée devant la Rivière-des-Mille-Îles.

Quels sont les projets sur lesquels tu travailles en ce moment?
Évidemment, on travaille sur notre prochaine édition du FestivalOpéra, car la 7e édition approche rapidement (23 juin au 10 juillet). Le décompte est commencé et le travail de préparation est immense. Parallèlement, on doit gérer les auditions des artistes de notre agence également.

Questions en rafales :

Un artiste en opéra à surveiller en ce moment? Hugo Laporte! Jeune baryton prodigieux de 24 ans, lauréat de nombreux concours, il a été nommé « Jeune espoir lyrique canadien » au Gala international d’Opéra des JAL 2015 et nominé dans l’édition 2015 de CBC « 30 hot Canadian classical musicians under 30 ». Il sera d’ailleurs du FestivalOpéra cet été dans le concert Hugo Laporte et ses amis!

Ton opéra préféré? J’en ai plusieurs, en premier Puccini qui me chavire toujours, notamment avec la Tosca, Madama Butterfly et bien sûr, La bohème. Les opéras français : Manon de Massenet reste mon préféré, Faust de Gounod, je pourrais en nommer plusieurs!

Une de tes premières performances professionnelles? J’ai eu la chance de chanter dans plusieurs grandes maisons d’opéra et grands festivals, à commencer par l’Opéra de Montréal, où j’ai fait mes débuts. J’ai commencé à l’Atelier lyrique, guidée par la directrice et soprano Chantal Lambert et le directeur de l’Opéra (de l’époque) Bernard Uzan. J’ai aussi eu la chance d’étudier avec Diana Soviero lors de mon stage. J’ai ensuite chanté à New York, sous la direction de Maestro Yves Abel et à l’opéra de Monte Carlo à plusieurs reprises, notamment sous la direction scénique du compositeur lui-même : GianCarlo Menotti, aujourd’hui décédé. Ce fut un grand honneur pour moi de chanter dans son opéra « Le Consul », sous sa direction!

Un fait cocasse qui t’est déjà arrivé sur scène? Je me souviendrai toujours de mon épisode des chaussures de claquettes… Mon professeur de chant au Conservatoire, Marie Daveluy, trouvait que je devais régler mon problème de rythme. Elle m’a alors encouragée à suivre des cours de claquettes. Je me suis retrouvée avec des filles toutes minces dans le studio de danse d’Arthur Murray. Ces jeunes filles avaient de jolies chaussures noires de claquettes à talons hauts, et comme nous avions, dans ma famille, des magasins de chaussures, papa m’avait apporté des chaussures de claquettes rondes, blanches, vernies et à talons plats. Alors, dans le grand miroir, on voyait toutes les jeunes filles grandes et minces, bien en rythme avec leurs belles chaussures noires de claquettes et moi, petite et ronde avec mes chaussures blanches plates et surtout « Offbeat »!!! Durant la pause, quelle ne fut pas ma surprise de voir les filles du cours arriver vers moi pour me demander où j’avais acheté mes chaussures… car elles en voulaient des pareilles!

La réalisation dont tu es la plus fière? Je suis très fière du FestivalOpéra de Saint-Eustache et de ce qu’il est devenu avec le temps. Cet évènement gagne en notoriété chaque année et son concept permet réellement de tailler une place spéciale pour l’opéra dans le cœur des gens. Je suis également très heureuse des accomplissements de l’Agence Meti Jori, dont j’assure la direction avec mon conjoint Meti. Une agence qui représente les artistes en opéra et qui leur permet de trouver des contrats ici et ailleurs dans le monde. Jamais, lors de sa fondation avec ma sœur Lory il y a 18 ans (sous le nom d’Agence Mulè) je n’aurais pu envisager que cette aventure puisse tenir toutes ces années!

Finalement, comment se procurer des billets pour le FestivalOpéra?

Via admission.com ou via le Centre d’art La petite église, nous avons également une nouvelle passe FOSE qui donne droit à l’ensemble des évènements du Festival et un tarif spécial pour les groupes! Vous pouvez également suivre notre page Facebook!

www.festivaloperasteustache.com

ivallee@socialwebstudio.ca'
Isabelle Vallée
À propos de moi

Fondatrice et rédactrice en chef du blogue culturel Les Bons Plans, je suis aussi fondatrice et stratège numérique chez Social Web qui se spécialise dans la création de contenu et l'élaboration de stratégies pour le web et les médias sociaux :).

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. * Champs obligatoires